Musiqueretour

jamesdean-footer

Les Eurockéennes de Belfort, une histoire de famille

Chaque nouvelle année c’est un peu la libération. Chaque nouvelle année je n’attends que ça. Les Eurockéennes de Belfort. Devenus une véritable institution auprès des plus grands festivals français, Les Eurocks ont su imprimer leur marque et leur image aux yeux et aux oreilles du public de l’hexagone.

Mais pourquoi et en quoi les Eurockéennes se démarquent véritablement des autres festivals qui l’entourent ? C’est ce que je me suis demandé lors de cette édition, en arpentant ses différents passages et scènes, en allant à la rencontre de ceux qui y viennent comme moi chaque année, en tentant de comprendre et de décomposer la recette qui rend l’atmosphère de ce festival unique.

Et pour cela, j’ai demandé à deux de mes amis, aussi accrédités lors de cette édition, de partager leurs impressions avec moi. Présentation de l’équipe :

juju


Identité
: Julien Pionchon
Média : Little World Music
Son délire musical : Ecouter Intro de M83 allongé sur une plage de San Sebastian
Sa phrase favorite : « C’est de la merde. »

 

thomas
Identité : Thomas Hammer
Média : A son compte
Son délire musical : Monter sur les épaules d’inconnus devant Dj Pone
Sa phrase favorite : « Ouai on verra. »

 

come
Identité : Côme Fradetal
Média : New’s Lighters
Son délire musical : Faire du air guitar sur Consolation Prizes de Phoenix
Sa phrase favorite : « C’est énorme. »

 


Un festival qui unit un territoire, un festival qui réunit les familles et les amis

En famille, voilà surement la façon dont on se sent lorsque l’on arrive aux Eurockéennes de Belfort. A l’inverse de festival comme Rock en Seine, les Eurocks rassemblent les habitants de sa région. Grâce à une programmation à deux vitesses, l’une hip hop-électro et l’autre plus pop-rock-folk, le festival belfortain plait à chaque génération, arrivant à attirer à la fois un public très jeune et un autre plus âgé.

Ayant de la famille à Belfort, j’ai pu me rendre compte à travers les différentes éditions auxquelles j’ai assisté que l’une des clés du succès de ce festival était qu’il était transgénérationnel de nature. Chaque membre des familles de Belfort s’y rendent.

Et c’est cela qui rend l’atmosphère de ce festival si particulière, car on y est en famille. En ce sens, les Eurockéennes de Belfort ressemblent à une énorme kermesse, où les jeunes s’y rejoignent déguisés pour fêter la fin du bac, et où les parents se retrouvent autour d’une petite bière et d’une tartiflette maison.

 

Un festival heureux où vous finissez toujours par vous retrouvez dans des situations improbables

C’est un peu ce qui fait le charme de ce festival. Vous ne savez pas comment la soirée va finir, mais en plus de ça, vous n’aurez jamais pu l’imaginer. Les Eurockéennes de Belfort, ce sont des groupes de jeunes festivaliers qui vous font une haie d’honneur et la hola lorsque vous arrivez sur le site en vélo en vous criant « Allez mon gars, donne tout ! », c’est Action Bronson en 2013 qui va dans la foule pour rejoindre la régie et l’espace réservé aux personnes handicapées pour y finir son concert, c’est l’énorme orage de 2012 qui a transformé le site en un parcours de boue en 1 heure…

Bref, c’est du lourd, et cela à chaque édition. Thomas lui se rappelle de sa première soirée au festival où après avoir perdu son téléphone (il le perd tout le temps) et son ami avec lequel il était venu, il est rentré au camping via les fameux rails que chaque campeur connait :

Au final, j’ai fini par retrouver mon pote à côté de ma voiture, dans laquelle nous avons décidé de dormir. Au réveil le lendemain matin, un parfait inconnu – encore bien imbibé d’alcool – dormait sur mes sièges arrières, ce qui nous a valu un des fous rires les plus mémorables de ma vie.

 

Un festival à la programmation à la fois éclectique, pointue et grand public

Car oui, les Eurockéennes de Belfort reste un festival de musique, et n’aurait jamais pu autant se développer sans des choix artistiques aussi pertinents qu’originaux. Et dans sa façon de construire sa line up, les Eurocks se différencient aussi des autres festivals français et européens.

Avoir une programmation cohérente plutôt que dépenser son argent dans des énormes têtes d’affiche, voilà le choix du festival, qu’il assume chaque année. Cette stratégie, payante, rend la line up du festival l’une des plus denses et riches d’Europe pour un pass 3 jours à 115€.

Les Eurocks surprennent même les dingues de musiques que nous sommes, qui ne connaissons pourtant pas le tiers des artistes qui y passent. Et c’est aussi en cela que ce festival perdure, car il ne fait pas que de programmer des artistes que tout le monde connait et qui le rendront le sold out plus vite. Les Eurockéennes de Belfort le sont chaque année quoiqu’il arrive, ils peuvent donc se permettre de prendre plus de libertés artistiques, à notre plus grand plaisir.

 

Un festival européen qui grandit autour d’une politique associative locale 

Venant de Nantes, je ne me suis jamais vraiment senti européen. En effet, n’ayant aucune frontière directe à proximité, nos échanges avec d’autres pays de l’UE sont assez limités. Pourtant lorsque je me rends dans l’Est et aux Eurockéennes de Belfort, je perçois cette identité. La frontière allemande et suisse étant à quelques kilomètres du site, on y retrouve effectivement beaucoup de festivaliers étrangers.

Néanmoins, bien que la référence dans le nom des Eurockéennes soit évidente, le festival s’est développé à plus petite échelle. Julien lui pointe du doigt

Une réflexion sociale à la hauteur d’un tel festival avec un joli travail réalisé avec le tissu associatif local.

 

Créé à l’initiative du Conseil Départemental et supporté par la Marie de Belfort, le festival tient à effectivement initier une véritable politique citoyenne à travers ses actions en collaborant avec de nombreux acteurs locaux, dont des associations comme des entreprises.

 

Un festival où de la musique est un facteur d’intégration sociale

C’est sans doute l’âme du festival, et ce pourquoi il est utile à la communauté qu’il réunit. Le festival des Eurockéennes de Belfort ne se contente pas de rassembler des superbes artistes dans un cadre magnifique pendant 3 jours. Il fait bien plus que ça.

Il participe à la consolidation des liens qu’il existe entre le habitants, les associations et les entreprises de la région. Il est vertueux dans le sens où il unit tous les acteurs économiques et sociaux d’un même territoire. Autour de la musique il réussit à réaffirmer l’identité d’une communauté ayant de fortes valeurs et qui réussit à les transmettre.

C’est pour cela que nous aimons ce festival, et c’est aussi pour cette raison que nous y retournerons.

 

Un grand merci encore aux organisateurs et à l’agence Ephélide pour leur confiance.

Côme Fradetal

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *