Graphismeretour

L’univers graphique et musical de Danger

Pour mon premier article officiel pour New’s Lighters et pour introduire cette nouvelle rubrique « Electronique et Graphisme », quoi de mieux que de commencer par vous parler du français Franck Rivoire, graphiste et artiste électro rock.

Son univers graphique

Plus connu sous le nom de Danger, le leader charismatique de label français Ekleroshock avec DatA s’est fait connaître grâce notamment à son style graphique qui entoure son personnage de scène. Si on mentionne « Danger », on pense d’abord à un homme encagoulé aux yeux blancs rayonnants, habillé avec une veste noire par dessus un pull rouge. Et là est sa force : son style graphique et l’univers qu’il a réussi à construire autour de lui. Un univers à la Marvel, tout droit sortit d’un comics, mélangeant la noirceur d’un Spider Man à un monde retro futuriste tiré des jeux vidéo japonais des années 80.

On  retrouve cet univers sur les différents artworks de ces EP ainsi que dans les teaser vidéo 16 bit (son dernier clip a été directement inspiré du jeu vidéo « Street of Rage »)

Il est aussi à remarquer le coté mystique que dégage ses différents artworks par la présence notamment d’une pyramide entourée d’une jungle pour ce qui est de son premier EP. L’homme au milieu de la jungle pour le second EP renforce cette idée d’un univers à la fois dérangeant et hostile. Quand à son dernier EP, la jungle équatoriale a laissé place à la jungle des grattes ciels avec au centre, le personnage Danger. Changement d’atmosphère donc, à voir.

09/14 2007   EP                           09/16 2007  EP                           09/17 2007  EP

Vidéo teaser 16 bit 09/17 2007  EP à regarder ici

Vidéo teaser 09/17 2007 EP à regarder ici

Son live et univers musical

Lors de ces concerts, Danger n’hésite pas à étaler ce côté graphiste. Alors qu’il plongé dans le noir le plus complet, on ne le distingue que par ces yeux lumineux et par l’écran derrière lui qui lui sert à étaler ces interfaces informatiques qu’il à du concevoir graphiquement. Mais il sort rapidement de l’ombre pour dynamiter la foule grâce à un électro rock très énergique rendu possible par l’omniprésence de guitares électriques dans ces morceaux, ce qui fait parfois penser au  jeune poulain de l’écurie Eb Banger, SebastiAn. Mais cet électro rock à aussi un côté assez mystérieux et effrayant par l’utilisation qu’il fait de ses synthétiseurs. Le rendu rend un son complètement saturé, violent et même agressif à l’image de l’ambiance dégagée par le premier album de groupe Justice avec les morceaux « Stress » ou encore « Waters Of Nazareth ».  La musique de Danger est bien à l’image du personnage qu’il s’est créé, très obscure, violente et détonante.

Coté nouveaux morceaux, Danger en a présenté lors de son concert aux Friches Electrique de Nantes à l’occasion du festival de musique électronique Scopitone le 15 Octobre dernier (j’y étais !). Cependant aucun n’a été dévoilé officiellement et séparément. Mais en juin dernier, à l’occasion d’un de ses concerts en Australie, son live à été enregistré et mis en ligne sur le site In the Mix. Dans ce live, on retrouve trois nouveaux morceaux présents : Interlude, Interlude 2 et un troisième dont le nom est encore inconnu.

Un album est en préparation, il devait sortir en 2011, mais il sortira surement début d’année 2012.

Extrait du live de Danger à Scopitone par le collectif Sourdoreille ici !

Quelques sons

Danger, c’est d’abord avant tout un remixer ; on le comprend mieux lorsque l’on regarde sa remixographie : sa palette de remix est impressionnante, en passant de Sebastien Tellier à One Republic, il a remixé La Roux, Empire of the Sun, Estelle et Kanye West et même les Black Eyed Peas ! Mais ses remix sont aussi mis en avant sous leur forme instrumentale. Et là est la spécificité de Danger, recréer totalement la mélodie en ne gardant que les bases (et encore !)

Mais il serait une erreur de réduire la réussite de Danger uniquement à ses remix ! C’est pourquoi je vous propose d’écouter le titre far de celui ci, intitulé «  4H30 ». Véritable illustration du talent de Danger, ce morceau de son dernier EP  est un petit bijou d’électronique pure. Alliant des synthétiseurs ultra saturés à des basses très prononcées, il réussit à créer une véritable dynamique, qui manquait dans ces autres morceaux, plus brouillons.

Danger 4H30 

Passons au remix ! Il y a un an, Danger a signé un remixe de l’énorme tube « Imma Be » des Black Eyed Peas dans leur EP « Invasion of Imma Be Rocking That Body (Megamix) »

Et autant dire que ce remix n’a pas déçu ! Sans doute le remix le plus subtile de Danger, l’explosivité de ce dernier a été mise de côté en faveur d’une mélodie gardant les bases des ses derniers morceaux mais sans non plus tout chambouler.

Black Eyed Peas – Imma Be (Danger Remix) :

Autre remix, un peu plus récent, celui d’  « American Boy » d’Estelle et Kanye West ! J’ai préfère la version Instrumentale laissée par Danger sur son compte Soundcloud que l’original car cette version rend compte de la qualité du travail du français concernant la restructuration complète du morceau. Ca met un peu de temps à commencer, mais le reste est vraiment très bon.

Estelle – American Boy (Danger Instrumentale Remix) :

Deux autres remix interessants de sa part celui de « Walking on a Dream » de Empire of the Sun et celui de « All the Right Moves » de One Republic !

Danger nous prouve à travers ses remix qu’il est capable de tout remixer, quelque soit le genre de musique, sans s’éloigner de son style musical spécifique.

Lien youtube Empire Of The Sun – Walking on a dream (Danger remix) : Pour écouter c’est ici !

Lien youtube One Republic – All the right moves (Danger remix) : Pour écouter c’est ici !

 Enfin, je clos cet article en vous laissant un remix du très bon duo d’électro japonais  80Kidz pour le second EP de Danger pour le morceau « 88H88 ». Si vous connaissez déjà et aimez ce groupe, ce remix ne vous décevra pas ! Pour le reste, je vous laisse découvrir la « french touch » à la japonaise.

Lien youtube Danger – 88H88 (80kidz Remix) : Pour écouter c’est ici !

 

Ecrit en Novembre 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *